Transformation Agile de la Société Générale

Depuis 2010, la banque d’investissement de la Société Générale  a décidé de suive les géants du Web et de passer en mode « agile ». Alain Voiement, le CTO de GBIS revient sur la mise en place de l’automatisation au sein du groupe.

societeGenerale

Premiers pas vers l’agilité 

En 2010, Carlos Goncalves, DSI de la SGCIB (Société Générale Corporate & Investment Banking), expliquait que la Société Générale allait s’engager vers un programme de transformation de leur système d’information et avouait s’intéresser aux méthodes agiles. Il décidera par la suite de les généraliser à l’ensemble des projets IT. Il ne regrettera pas ce choix car 2 ans plus tard, en 2013 il va constater des résultats assez spectaculaires : 40% des projets de la DSI seront gérés en mode agile.

On est en plein dans le Continous Delivery. Carlos Goncalves explique qu’avec les méthodes agiles tout va beaucoup plus vite : en général ils ont une semaine de spécifications et des sprints de développement de trois semaines leur permettant d’assurer des livraisons en continu. Les retours positifs ne se feront pas attendre : les clients internes sont toujours aussi satisfaits.

Concernant la partie métier, là aussi l’agilité a été convaincante : 100% des projets livrés en mode agile ont été jugés satisfaisants voire très satisfaisants par les clients internes. Concernant la dynamique des équipes du côté IT c’est réussi aussi. L’adoption des méthodes agiles a permis de faciliter le projet de rationalisation de l’ensemble du parc applicatif de la direction des systèmes d’information engagé en 2010. Carlos Goncalves ajoute qu’en 2010 ils avaient 1 882 applications et à fin 2012 ils en étaient plus qu’à 960. Cette réduction de plus de moitié leur a permis de générer 40 millions d’euros d’économies par an.

Comme nous avons pu le voir dans notre article sur le Déploiement Continu : la réussite du Continous Delivery repose essentiellement sur l’automatisation.

La mise en place de l’automatisation par Alain Voiement

Alain Voiement, le directeur digital de la Société Générale est un adepte des méthodes agiles. Il accorde une interview à DS2I BLOG dans laquelle il raconte la mise en place de l’automatisation au sein du groupe .

Face à l’apparition de toutes ces nouvelles méthodes il explique qu’il est inévitable d’évoluer vers l’agilité pour être capable de livrer des environnements très rapidement dans la journée même dans l’heure.

Alain voiement a pu, grâce à la virtualisation, livrer des environnements beaucoup plus rapidement qu’avec des machines physiques, et donc d’automatiser le processus de livraison. Il donne même à l’utilisateur la possibilité de provisionner lui-même ses infrastructures via un portail de services. Il explique qu’il est impératif de fournir ce type de service si pour espérer rester aligné sur le marché.

Afin d’automatiser Alain Voiement a standardisé les composants de base et maîtrisé les processus de bout en bout. Il explique qu’en réduisant la famille de composant de base l’automatisation et la livraison seront beaucoup plus efficaces. Standardiser facilite l’automatisation et l’automatisation elle-même favorise les gains de temps.

L’automatisation permet d’alléger le planning des équipes en éliminant les tâches les plus basiques. Pour Alain Voiement il était inacceptable de s’en priver. Pour lui, l’automatisation est une évolution logique de l’IT. Supprimer les tâches à faible valeur ajouté tombe sous le sens quand on sait que l’automatisation peut rendre les processus beaucoup plus simple et efficace.

Sources :  L’AGEFI 01.net Blog DS2I

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *