Les projets numériques d’Axa

La grande nouvelle a été annoncée il y a quelques jours : Axa va investir 180 millions d’euros pour sa transformation numérique. Mais alors quels seront les projets à la hauteur d’un tel investissement ? Lors de son passage au journal de BFM Business, Nicolas Moreau le PDG d’Axa nous dévoile ses ambitions numériques pour les jours à venir.

axa

Tout d’abord, dans quels secteurs précis sera investi cet argent ? Selon l’article du journal CIO, ces 180 millions d’euros sur trois ans donc 60 millions d’euros par an seront divisés de la façon suivante : 30 millions iront dans le domaine de l’informatique, 20 millions pour le marketing et produits et 10 millions pour des partenariats.

La transformation des collaborateurs

Pour aider ses collaborateurs à se sentir à l’aise avec le digital, Axa compte aussi s’investir dans l’accompagnement de ses salariés dans ce basculement vers le numérique. Plusieurs projets sont prévus :

Le mentoring inversé : les plus jeunes généralement très à l’aise avec le digital (génération Y) formeront les collaborateurs plus âgés parfois moins performants dans ce domaine, sachant que chez Axa la moyenne d’âge est de 48 ans.

Les équipes Axa ont également réalisé des Hackathon pour développer des applications mobiles dans le but d’améliorer le parcours client. (en savoir plus sur le Hackathon)

Le « social Serious game » : Ce jeu vidéo s’est déroulé pendant 5 semaines chez Axa afin d’habituer les commerciaux de la compagnie d’assurance à communiquer avec les clients ( communication digitale ). 375 000 euros ont été dépensés pour le développement du jeu en interne chez Axa. Le jeu consiste pour les utilisateurs (les commerciaux) à discuter avec des clients virtuels et choisir la réponse la plus adaptée de la liste de choix. Très complet, ce jeux propose des fiches explicatives à la fin de chaque partie, les résultats, les bonnes réponses et plus encore. De plus il reprend les codes des jeux vidéo  : avatars, barre d’énergie etc…

Les projets :

 Toutes les interactions avec les assureurs pourront être dématérialisées .

Le « e-constat »

Le PDG Nicolas Moreau affirme : « A la fin du mois vous pourrez faire votre constat amiable sur votre mobile grâce à l’application mon Axa : c’est le e-constat ». Ce projet semble être une réelle révolution numérique facilitant très largement l’utilisation du constat classique. En effet il sera bien plus simple de régler un conflit grâce à cette application : fini les croquis approximatifs, Nicolas Moreau propose d’envoyer tout simplement une photo du sinistre.

La prise de RDV

Axa compte digitaliser l’ensemble de ses contacts afin que les client puissent directement prendre rendez-vous avec un garagiste ou un dépanneur via l’application mobile et simplifier les transactions telles que prêt de voiture etc…

L’agence virtuelle

Le réseau Axa c’est plus de 3 800 agence partout en France. Nicolas Moreau propose à ses collaborateurs de disposer d’une agence virtuelle à côté de chaque agence physique afin qu’ils puissent interagir avec leurs clients sur leur site web personnalisé. Bien sûr ils auront toujours les deux possibilités : intervenir physiquement et/ou virtuellement.

Click&Go

Le PDG rassure les collaborateurs qui pourraient avoir peur de ce bouleversement numérique en évoquant le produit Click&go. Cet outil propose d’acheter une police d’assurance auto sur le web ou en agence et il explique que 75% des utilisateurs de Click&Go choisissent malgré tout d’aller finir leur achat en agence. Le contact avec le collaborateur sera toujours nécessaire dans cette transformation : le physique et le virtuel sont complémentaire. D’ailleurs 10 à 15% des nouveaux venus en agence proviennent du web .

Les objets connectés :

L’objet connecté est une opportunité pour cette transformation. Il permettra d’aider les clients à faire de la prévention que ce soit pour la maison, la voiture, la santé etc…

Prenons l’exemple de la santé : Axa a offert à ses 10 000 premiers acheteurs d’une nouvelle police d’assurance santé un capteur Withings qui compte le nombre de pas faits dans la journée, contrôle le rythme cardiaque etc.  Les clients qui dépassent un certain seuil de pas effectués gagneront des cadeaux . Mais pas encore de réductions sur leurs cotisations santé, peut être à l’avenir ?

Et pour l’assurance auto : Nicolas Moreau évoque la conduite des jeunes conducteurs. En effet on sait que l’assurance est très chère pour ces jeunes conducteurs qui payent de 1000 à 2 000€ par an de cotisations pour leur voiture. Axa proposera un objet connecté permettant de contrôler la conduite (l’objet ne sera que proposé par Axa, mais pas développé en interne) et en fonction du score obtenu par le conducteur les cotisations baisseront. Excellente nouvelle pour les jeunes et prudents conducteurs, lorsqu’elle sera appliquée bien sûr.

Pour l’assurance habitation, le PDG d’Axa pense aussi au détecteur de fumée intelligent Nest. L’objet permet de vous prévenir directement sur votre Smartphone dès qu’un incident est déclenché à votre domicile. Ceci permettra de mieux analyser les risques pris par les assurés et donc encore une fois d’adapter les tarifs des cotisations.

Les risques digitaux

Axa va plus loin encore en proposant une police d’assurance pour tous les risques liés au numérique. Pour les entreprises il assurera les dommages de type : détournements de fonds, attaques de site web etc… Et pour les particuliers qui prendront la formule « protection familiale intégrale », Axa nettoiera toutes les signatures Web, il sera aussi possible pour les clients de récupérer des fonds dans le cas d’une usurpation d’identité.

Les réseaux sociaux 

Axa compte investir dans des Start up qui développeraient ce projet. Il consiste à créer des micro-réseaux grâce aux réseaux sociaux où les membres seront tous connectés entre eux dans le but de créer une micro-mutuelle d’assurance allant de 10 à 15 personnes. Le fonctionnement : Si l’une des recrue a un sinistre, ce sont les membres du réseau qui participent au dédommagement financier (le montant est fixé à l’avance : 20 euros, 30 euros …). Lorsque le montant du dommage dépasse le montant du remboursement des affiliés, le membre pourra alors se rediriger vers une assurance classique . Ce système permettra à Axa d’éviter de traiter des petits sinistres très chers au niveau administratif.

Sources : Usine Digitale CIO Video BFM Business

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *