Les limites des méthodes classiques

Le problème des méthodes classiques

La résistance au changement est le principal frein à la mise en place des méthodes Agiles. Si vous n’êtes pas complètement convaincu, cet article vous fera peut-être changer d’avis…

Les méthodes classiques

Que vous le vouliez ou non, elles sont sur le déclin. Les géants du web et toutes les entreprises innovantes ne les utilisent plus. Pourquoi ? Eléments de réponses.

Commençons d’abord avec un peu de théorie. Les modèles de gestion de projets traditionnelles utilisés par la majorité des entreprises reposent sur 4 étapes: définir, planifier, réaliser et tester.

Définir

C’est l’étape la plus importante. On doit penser à tout et tout prévoir en amont du projet. Il faut définir les besoins du client qui, rappelons-le ne sait pas toujours ce qu’il veut et lister les dépendances.

Une fois que vous avez tout en tête, il faut rédiger le cahier des charges et préciser les spécifications techniques du projet.

Planifier

Une fois la première étape réalisée, il faut mesurer le temps de chaque tâche et les répartir dans le temps en fonction des ressources que l’on dispose dans le but de respecter les délais.

Réaliser

Après avoir tout planifié et tout prévu, il n’y a plus qu’à se mettre au travail tout en respectant les délais.

Tester

Une fois la réalisation terminée, il faut tester le produit avant la livraison de celui-ci. Il s’agit ici de vérifier que tout marche comme prévu et s’assurer que cela correspond au cahier des charges et à la demande du client.

Quel est le problème ?

Une enquête réalisée en 1994 par The Standish Group Report démontre que seul 16% des projets informatiques sont réussis, 53% réussissent en dépassant les coûts initiaux et les délais prévus et 31% des projets étaient arrêtés en cours de route.

evolution standish group

Des résultats en nette amélioration ces dernières années mais qui restent assez faibles à l’ère du numérique et du web 2.0.

Pourquoi ?

Ce dessin ci-après l’illustre très bien: ce que veut le client et ce dont il a besoin est différent. On ne peut pas prévoir le besoin des clients c’est pourquoi les méthodes classiques ne les satisfont pas. De plus, les clients ne s’expriment pas forcément très clairement et comprendre ce qu’ils ont en tête s’avère être parfois un vrai parcours du combattant.

Image1

 La solution ?

Les méthodes agiles ! Apparut au début des années 2000, elles révolutionnent les méthodes de travail dans les métiers de l’informatique et suivent des lignes directrices détaillées dans l’agile manifesto. Le client est au centre du processus et est consulté régulièrement afin de pouvoir modifier le projet selon ses besoins.

Résultats, les approches agiles sont 3 fois plus efficaces que les méthodes classiques aussi appelées en cascade ou waterfall en anglais selon une étude réalisée entre 2002 et 2012 par The Standish Group.

stats

Des résultats que l’on doit tout de même modérer. En effet, on ne connait pas le nombre de projets qui ont été pris en compte lors de cette étude.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *