L’agilité en chiffre

Il existe de nombreuses théories et pratiques de l’agilité. On parle souvent des bien-faits de l’agilité, de l’augmentation de la productivité, de la réduction des risques et du gain de temps. Mais qu’en est-il concrètement? On vous donne les chiffres :

 

GRAPHIQUIE

L’agilité progresse petit à petit dans les entreprises françaises. Mais on constate que c’est un progrès difficile : en France moins d’un tiers des entreprises ont pris des mesures pour mettre en place l’agilité. Les raisons : c’est parfois compliqué à mettre en place face à des collaborateurs qui ne sont pas convaincus du bénéfice de ces méthodes qui bouleverseraient leur quotidien. Seulement l’agilité a fait ses preuves au niveau mondial. Nous avons recherché les diverses enquêtes réalisées sur le sujet. En passant par les méthodes les plus utilisées aux gains majeurs des entreprises à pratiquer l’agilité, voici de quoi avoir une vision globale de l’agilité :

Présentation générale

Selon une étude réalisée par Scrum User Group France où 230 personnes ont été interrogées sur 150 entreprises différentes, nous apprenons que 57% constatent une amélioration sensible de la qualité du projet. 29% observent une amélioration des coûts et 41% de la productivité de leurs équipes. Et 56% des utilisateurs sont satisfaits.

Les méthodes Agiles les plus utilisées :

VersionOne a réalisé une enquête « State of agile » sur la période du 4 Août au 16 Octobre 2013 avec 3 501 réponses collectées en provenance de l’Europe et des Etats-Unis.

graphAgile

Dans cette enquête on constate que la méthode la plus largement utilisée est SCRUM, c’est la plus connue avec  55% d’utilisateurs de SCRUM sur toutes les personnes interrogée.

Les mieux informés

Concernant le niveau de maîtrise des compétences et des connaissance de l’agilité, VersionOne a établi un graphique représentatif en fonction des postes occupés.

 graphAgile2

 

Les outils et pratiques de l’agilités les plus utilisés

GraphAgile6

Il existe de nombreux outils, logiciels et autres à votre service pour pratiquer l’agilité. Selon l’étude, le plus utilisé est le « bug trackers » soit le logiciel de suivi de problème. Il permet d’aider les utilisateurs et les développeurs à améliorer la qualité d’un logiciel : Les utilisateurs soumettent leurs demande d’assistance dans le logiciel. Les développeurs sont alors toujours au fait des problèmes rencontrés.

 Les « Fails » de l’agilité

 

Les principales barrières contre l’adoption des méthodes agiles 

 

graphAgile4

Ce sont des problèmes que tous manager a du affronter lors de la mise en place de l’agilité dans leurs équipes. Les 2 principales cause sont liées à la « peur » du changement : 53% disent n’être pas capables de changer la culture organisationnelle de leurs méthode de travail, et oui parfois les structures des entreprises sont faite d’une telle manière qu’elles rendent l’agilité encore plus difficile à mettre en place . La cause secondaire avec 42% est la résistance générale au changement, c’est vrai qu’il est dur de faire changer aux collaborateurs des manières de travailler qu’ils ont parfois depuis très longtemps! Voilà pourquoi il faut créer le sentiment d’urgence entre autres étapes évoquées par Kotter pour réussir le changement ( conduire le changement selon Kotter ).

 

Les causes majeures d’échec des projets agiles 

graphAgile3

Sur cette étude on constate que 15% disent n’avoir jamais eu d’échec sur leur projet agile et c’est le score le plus élevé des réponses. Les autres causes majeures d’échec sont : les difficultés liées à la culture de l’entreprise qui est en opposition avec les fondements agiles ( on en revient au fait évoqué plus haut avec la culture organisationnelle des entreprises qui peinent à changer leur méthode de travail ). Il y a aussi la pression externe subie pour suivre absolument la procédure classique et un manque d’expérience et de connaissance des pratiques de l’agilité. A celà s’ajoute le manque de communication, en effet la communication est essentiel pour le bon déroulement d’un projet agile !

 

 

Les raisons d’adopter l’agilité

Toujours selon l’étude de VersionOne, voici les raisons d’adopter l’agilité par ordre d’importance pour les personnes interrogées.

graphAgile5

 

On peut donc constater que la raison la plus significative d’adopter l’agilité est la réduction du temps de production.

Ces réponses se complètent par une étude de Rally software qui est un fournisseur (leader mondial) qui propose des solutions logicielles pour permettre d’accompagner les entreprises dans l’agilité. Cette étude a été réalisé sur l’utilisation faite de leurs logiciels (sur des milliers d’utilisateurs) et donc sur l’impact des pratiques agiles.

Concernant la composition et la stabilité des équipes : 60% sont plus productives, 40% sont plus prévisibles et 60% sont plus rapides pour répondre aux changements.

Pour les équipes effectuant l’estimation relative et le découpage des tâches comme planification de sprint ont une qualité 250% meilleure que celle des équipes n’effectuant aucune estimations relatives.

Concernant la taille des équipes : les équipes de moins de 4 membres sont 40% moins prévisibles avec 17% moins de qualité. En effet une petite équipe est plus susceptible aux variations les moins prévisibles et la créativité collective risque d’être limitée par le nombre d’opinions. Mieux vaut donc favoriser les équipes de 5 à 9 membres.

 

graphgraph

Graphique sur la composition des équipe (par VersionOne)

 

Sources : Version One  Tourmag  Développement Agile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *