9 techniques pour que vos équipes soient autonomes

Faire confiance à une équipe est le meilleur moyen de la rendre créative et performante. Une équipe auto organisée doit savoir prendre des décisions sur son fonctionnement toute seule et se répartir les taches seule, sans l’aide du manager. Ce mode de travail est parfois difficile à mettre en place. Voici quelques techniques :

L’autonomie des salariés est l’une des clés de l’agilité. Le manager doit revoir son mode de management et laisser plus de liberté aux équipes Laszlo Bock chef exécutif chez Google disait : « Si vous laissez de la liberté aux équipes, elles vont vous étonner ». Une équipe doit donc être capable de s’auto gérer et s’auto organiser. Mais cela n’est pas forcément évident. Life is A Serious Game vous présente 10 outils pour aider vos équipes à s’auto organiser.

1. Identité d’équipe

Tout d’abord, il est important de susciter un sentiment d’appartenance. Dans les services Opérations Cloud, les différentes équipes agiles ont choisi un nom et un logo qui reflète leur identité. Life Is A Serious Game va plus loin et propose de matérialiser l’identité de l’équipe. La création d’un totem semble alors une bonne idée. En plus de laisser les collaborateurs s’exprimer, cela permet de renforcer les liens de l’équipe.

2. Une vision commune

Une fois le nom de l’équipe choisi, et le totem fabriqué, il est essentiel que les membres d’une même équipe partagent une vision commune. Les objectifs de l’équipe doivent être clair et défini. L’utilisation de technique dite de « La Métaphore » est alors utile. Un dessin métaphorique va permettre aux équipes de partager cette vision.
Sur ce dessin, les équipes viennent inscrire la finalité des objectifs sur l’île et les risques qu’ils ont identifié dans l’eau. L’utilisation d’un dessin aussi permet de libérer la parole et offre une autre vision.

3. Exposer ses problèmes

Cultiver l’esprit d’équipe et l’entraide n’est pas donnée à tout le monde. Un arbre à problème peut être une solution efficace pour favoriser la communication entre collaborateurs. Lorsqu’une personne rencontre un problème qu’elle ne peut résoudre seul, elle inscrit sur un post it son problème et le colle sur l’arbre. Ainsi, toute l’équipe peut voir qu’une personne est bloquée et aller l’aider en conséquence. Une fois le problème résolu, un post-it vert viendra se coller au premier post-it.

Dans les équipes Opérations Cloud, un mur du couloir a été dédié aux événements. Cette frise reprend les échecs, les réussites et les événements annexes (arrivée d’un collaborateur par exemple). Cela permet d’apprendre de ses erreurs afin de ne pas les répéter.

4. Kanban

Un simple tableau Kanban « To Do / Doing / Done » permet de visualiser simplement le workflow et l’avancement des tâches. Ainsi en un coup d’oeil, on est capable de connaitre l’état d’avancement du projet et de voir qui est responsable de quel tâche. Si vos équipes se situent sur des lieux différents ou sont dans des bureaux différents, il existe également des outils agile en ligne tel que JIRA. Certaines équipes de l’Opération Cloud ont été confrontés à cette problématique. Le visuel papier n’a alors que très peu d’utilité et il plus pertinent d’utiliser un outil agile en ligne.

5. Stand up

C’est un rituel incontournable des méthodes agiles, les stand up meeting permettent aux collaborateurs de faire un point chaque matin pendant 15 minutes. Chaque collaborateur s’exprime sur les dernières tâches effectuées, celles qu’il va faire et les problèmes qu’il rencontre. Ce rituel est mis en place depuis de nombreux mois dans les Opérations Cloud.

6. La gestion des relations

Comme sur Facebook, Life Is a Serious Game propose aux collaborateurs de communiquer sur leur humeur du jour. C’est ce que qu’ils ont appelé la météo d’équipe. Cela permet ainsi de connaitre l’état d’esprit du collaborateur et cela favorise l’empathie.

7. Prise de décision

Qui dit équipe auto-gérée dit prise de décision collective. Cette fois, le manager n’est pas là pour prendre la responsabilité d’une décision. L’équipe peut donc mettre un protocole de décision. Tiré du livre Core Protocol, cette technique permet à chacun d’évaluer une idée. Exemple: un collaborateur propose une direction, les autres collaborateurs pourront ainsi juger par de simple geste la décision voir mettre leur veto.

8. Priorisation 

Le priorisation est essentielle pour ne pas se noyer, mais parfois on a du mal a repérer ce qui est urgent et ce qui l’est moins. Il faut lister l’ensemble des options que l’on souhaite prioriser et permettre à chaque collaborateur de choisir une seule option qui est pour lui ou elle prioritaire. Grâce à cela on pourra voir clairement quelle option se dégage des autres, laquelle est vraiment prioritaire.

9. Rétrospective

Il faut rester dans l’amélioration continue. Chercher toujours à faire mieux. C’est le but de la rétrospective. Et pour commencer il faut savoir dire merci à chaque membres de l’équipe (remercier pour l’aide sur un projet par exemple). Dire ce que l’on attend les uns des autres (m’aider sur tel ou tel projet etc…). Il faut prendre le temps de se réunir pour voir ce qui a marcher, ce qu’il faut arrêter et ce que l’on voudrait essayer de faire. La rétrospective doit se faire régulièrement. Elle permet de progresser, de savoir vers on où va et surtout vers où on veut aller.

Parfois la rétrospective s’essouffle dans ce cas des mesures sont à prendre, ce sujet est abordé dans cet article : Que faire quand votre rétrospective s’essouffle .

 

Source : Life is a serious game

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *